The Last Guardian : Fumito Ueda se confie

Jeux PS3 : liste complète et dates des sorties jusqu’au début 2011
9 juin 2015
PlayStation-4
PlayStation 4/Xbox 720 : Epic fait savoir ce qu’il veut
9 juin 2015
Le papa de la Team ICO répond aux questions du blog officiel PlayStation.

Fumito Ueda nous en dit un peu plus sur The Last Guardian dans une interview pour le blog PlayStation officiel.

Nous avions peur qu’il soit encore absent mais le dernier jeu de la Team ICO, The Last Guardian, a finalement montré le bout de son bec lors du dernier Tokyo Game Show. Afin d’en savoir un peu plus sur ce qui nous attend dans ce futur chef d’œuvre, son créateur, M. Ueda Fumito répond aux questions de Sid Shuman du blog américain PlayStation.

Sid Shuman : Comment décririez-vous The Last Guardian à quelqu’un qui n’en a jamais entendu parler auparavant ?

Fumito Ueda, directeur de The Last Guardian : Ce n’est pas un jeu d’animaux domestiques, mais il y a bien un animal vivant dans le jeu. Je le décrirais comme un jeu d’aventure dans lequel vous jouez avec cet animal.

SS : Nous pourrons contrôler le garçon, Trico, ou les deux ?

FU : Nous ne contrôlerons que le garçon.
SS : Qu’est-ce que vous pouvez nous dire à son sujet ? A-t-il un nom ? Est-il en quête de quelque chose ?

FU : Il n’a pas encore de nom. Son but est de s’échapper de l’endroit que nous apercevons dans la vidéo.

SS : À en croire les images, Trico apparaît comme une force de la nature durant des affrontements. Y a-t-il des éléments dans The Last Guardian ? Comment fonctionnera le système ?

FU : Comme vous avez pu le constater, Trico est capable de balayer un ennemi en un seul coup. Il remplit donc son rôle en tant que gardien. Cependant, le garçon est incapable de battre un ennemi tout seul, il faudra donc trouver les bonnes méthodes pour les battre.

SS : Que pouvez nous dire à propos de ces ennemis ? Dans le trailer, on a l’impression qu’ils apparaissent comme des statues…

FU : Je ne peux rien vous dire à leur sujet. Je vous dirais juste qu’ils n’agissent pas totalement de leur propre chef.

SS : Est-ce que Trico est la seule créature de cette taille dans le monde du jeu ?

FU : Encore une fois, je ne peux rien vous dévoiler. Mais ce n’est peut-être pas impossible…

SS : Shadow of the colossus est reconnu pour son game design si original. Est-ce que le gameplay de The Last Guardian y ressemblera ou est-ce qu’il sera plus conventionnel pour les joueurs ?

FU : La méthode actuelle de contrôle ou l’utilisation des touches n’ont pas encore été définies, car ça ne prend pas beaucoup de temps pour les changer. Mais étant donné le thème de l’animal abordé par le jeu, je veux faire en sorte que même les joueurs occasionnels n’aient pas de mal à y jouer. Je m’efforce donc de rendre les contrôles plus simples qu’avant.

SS : Plusieurs journalistes de jeux, et même sur Wikipedia, ont décrit Shadow of the Colossus comme le jeu se rapprochant le plus d’une œuvre d’art. Comment le prenez-vous ? Êtes-vous d’accord ?

FU : J’en suis très heureux et très flatté. Mais je me demande de quelle partie ils parlent pour le comparer à une œuvre d’art. De quelle scène s’agit-il ? Car je pense qu’il est possible de le rendre encore plus artistique. Mais parce que c’est un jeu vidéo, ces possibilités sont diminuées d’une certain façon. Je serais donc curieux de savoir quelle partie, exactement, ils comparent à de l’art.

Il y a des jeux qui sont sortis et qui sont encore plus artistiques que Shadow of the colossus. Et personnellement, je pense qu’il serait possible de renforcer encore plus son côté artistique, d’un certain point de vue.

SS : Quels autres jeux seraient de bons exemples d’œuvres d’art ?

FU : Je pense que ça dépend de la définition de l’art évidemment. Mais la notion japonaise d’art serait difficile ou compliquée à décrire. Ce serait quelque chose de particulier, d’unique.

Donc suivant le sens qu’on donne à l’art, c’est difficile de nommer des jeux en particulier.

SS : On vous a souvent demandé pourquoi autant de monde considérait Shadow of the colossus comme de l’art. Je pense que beaucoup de personne répondrait que c’est parce que les joueurs finissent par s’attacher aux colosses.

FU : Si c’est leur façon de voir les choses, je les comprends.

Voilà qui éclaire un peu plus notre lanterne mais qui nous donne également encore plus envie d’en savoir et d’en voir plus. Il faudra patienter jusqu’à la fin de l’année 2011 pour tâter la grosse bête en attendant, nous pourrons nous extasier devant la compilation du studio ICO et Shadow of the colossus qui sortira en version HD sur PlayStation au printemps de cette même année.