[PREVIEW] Street Fighter IV

PREVIEW--Street-Fighter-IV

Voici donc un nouveau volet pour la série des Street Fighter édité par Capcom pour notre chère console next-gen. Depuis 21 ans, la série des Street Fighter a conquis plusieurs générations de joueurs, notamment depuis le 2ème opus.

« The World Warrior », sorti en 1991 où l’on pouvait admirer Ryu et Ken et tout leurs acolytes (sorti sur borne d’arcade). Nombreuses sont les personnes à ne pas avoir connu cette époque, mais leurs suites ont toujours eu nombre de fans. De la Game Boy en passant par la SNES, de Street Fighter Alpha aux Street Fighter III.

Les forums sont saturés de questions d’ordre divers sur l’allure esthétique du jeu et du gameplay… N’ayez crainte, nous allons tout vous raconter.
Une petite communauté de journalistes s’est donc rendue au QG de Capcom pour s’essayer à la version arcade du jeu, ils ont pu ainsi jouer avec les différents personnages et les comparer avec ceux d’antan…
1/ GRAPHISMES :
La première chose intéressante à mentionner est le fait que Capcom ait opté pour un modèle 3D costaud, par opposition aux « High-res Sprites » (comprenez ici le 2D de l’époque des anciens Street Fighter avec des traits un peu oldies). Après quelques minutes de jeu, la première impression qu’ont les journalistes est qu’il est très facile de garder de la jouabilité avec ce mode 3D bien pensé. Le mode 2D ne permettait aucune échappatoire aux actions, il est donc possible maintenant de faire un pas de côté pour esquiver une attaque. Les décors sont, comme à l’habitude, très soignés avec un sens du détail assez appuyé, ce qui n’est pas pour leur déplaire. C’est donc un grand épanouissement visuel et d’un point de vue de la jouabilité une grande satisfaction. L’angle de la caméra bien pensé fait que lors d’attaques finales (ou même de super attaques), la caméra permet de voir en détail la souffrance du joueur adverse…
Cette qualité graphique rendue possible grâce aux consoles next-gen, rajoute à cet opus un atout certain.

2/ JOUABILITE :

On remarque immédiatement que la vitesse du jeu est « légèrement » atténuée (ce qui risque de déplaire ceux qui massacraient leur manette à en avoir des ampoules aux doigts). Les personnages, comme dans tout jeu de combat qui se respecte, peuvent parer, rouler, courir, sauter et bien entendu, attaquer. La barre de contre et le compteur alpha n’ont pas été oubliés. Mais les personnages ne réagissent pas tous de la même façon. Le but étant d’attaquer tout en évitant de se mettre en danger. Le jeu devient ainsi plus technique avec des gestes plus difficiles à maîtriser, y compris les Ha-Do-Ken. Il n’en reste pas moins jouissif au possible avec des phases d’action très intenses.

3/ LES ATTAQUES ULTIMES :

Quand on parle de Street Fighter, on pense tout de suite au Ha-Do-Ken de Ryu ou à l’attaque foudre de Blanka. Et oui ! Les supers attaques et attaques ultimes auront une place importante dans ce nouvel opus. Notons les effets visuels qui, lors des attaques ultimes, atteignent leur paroxysme, les journalistes en ont pris plein les yeux. Toutes les anciennes supers attaques ont été gardés, en plus de celles des deux nouveaux personnages, mais cela va être abordé par la suite avec la liste des combattants disponibles.

4/ LES PERSONNAGES :

Grande fierté de Capcom : des personnages, beaux, stylisés, uniques et également incroyablement variés. C’est donc l’un des fers de lance de l’impitoyable machine à addiction qu’est Street Fighter 4. Leur petit comité n’a pu tester « que » 6 personnages : Ryu, Ken, E.Honda, Chun-Li, Blanka, Dhalsim. Tout ce beau monde a été confronté à Balrog, Sagat, Zangief, Guile, Abel et Crimson Viper.Bien que pas forcément long, les combats ont permis d’en apprendre énormément sur le style de chaque personnage. Mais ce qui a malheureusement sauté aux yeux des journalistes, c’est le manque d’équilibre entre les personnages, bien qu’en version preview donc forcément non-définitif, cela tuerait le jeu de le sortir avec de telles inégalités, mais tout va bien nous a signalé Capcom, tout évolue et se règle au fur et à mesure du développement pour notre plus grand bonheur.
Commençons donc par la liste des différents personnage déjà testés :
  • Ryu :
Figure emblématique de Street Fighter, on remarque que ce nouvel opus ne le verra pas énormément évoluer. Plutôt banal même, car il ne propose aucune attaque réellement innovante. C’est ainsi que l’on retrouve les attaques classiques : boule de feu, le coup de poing de dragon, le coup de pied d’ouragan ou son célèbre Shinkuu Hadoken qui fait autant de dégâts qu’une abeille adulte en manque de pollen pendant la période de printemps. Il n’y a donc, malheureusement, aucun changement majeur à déplorer.
  • Ken :
Personnage réputé pour être l’un des plus simples. Rien de bien neuf non plus, vous pourrez toujours enchaîner les mediums kick, medium punch, fierce punch, light dragon punch et compagnie, et ce, sans réelle difficulté et sans vous fouler, encore une fois légèrement navrant. Mais ce personnage semble avoir quelque chose de différent, on ne sait si c’est dû au coup de pied accroupi quelque peu modifié, mais cette impression de changement mystérieux devrait non seulement plus plaire aux novices, mais également aux vieux routards de Street Fighter, qui joueront énormément avec pour y découvrir ses changements et sans doute les apprécier.
  • E.Honda :
Célèbre sumo de Street Fighter, plus réputé pour sa force, que pour sa taille fine, il ne déroge pas à la règle des deux précédents et peu de changements sont à remarquer. Il a même régresser ! Oui, ses Head-Butts ont perdu en utilité et en force. Faisant de ce personnage désormais un adepte du saut, ce qui devient un peu en contradiction avec son imposante carrure toujours si lente et peu mobile.
Mise à part ceci, c’est avec joie que l’on anéantit ses adversaire avec ce combattant, à l’aide de ce medium kick toujours si dévastateur. Dans cette version, les testeurs ont trouvé quelque peu contradictoire le style de Honda et n’ont donc pas su réellement où le mettre : quand l’utiliser, contre qui, et surtout comment. Car il reste un personnage dur à contrôler, n’en déplaisent aux novices, les vrais fans de Street Fighter aiment la difficulté et auront certes plus de mal à gagner, mais ils gagneront alors en mérite.
  • Blanka :
Un ancien personnage toujours présent dans cette version next-gen. Mais la vue en 3 dimensions nous offre une impression nouvelle de lui, lui conférant un air plus humain comparé à sa position voutée en Super Turbo et autres. Mais l’animation sur ce personnage est quant à elle des plus réussies. Blanka possède toujours son glissement féroce et son accroupissement féroce (qui semble avoir perdu en force et utilité dans cette version), son houblon, son coup de pied moyen et ses boules de Blanka. Il possède en plus, un éclair de foudre des plus agréables à voir, qui stylise d’autant plus ce personnage pas vraiment en manque de personnalité.
  • Chun-Li :
Le personnage semble désormais très dur à manier pour pas beaucoup de puissance en retour, certes, il ne s’agissait que d’une version preview mais plus de simplicité aurait été la bienvenue. Malgré cela, le personnage est fort rapide, notamment grâce à ses jambes, aussi rapides que l’éclair, ainsi que ses coups de pied d’oiseaux, impressionnants et dévastateurs.
  • Dhalsim :
Étrangement, c’est Dhalsim qui a le plus surpris graphiquement, son esthétisme se prêtant à merveille aux consoles next-gen, ce qui est d’ailleurs assez inattendu car n’étant pas l’un des personnages principaux, on prévoyait plutôt de voir Ryu ou Ken profiter d’un meilleur travail visuel mais il n’en est rien. Il possède toujours ce corps élastique étirable qui fait tout son charme et ses atouts.

Sources : Worthplaying, IGN et Actiontrip