L’opération AntiSec est lancée

Sony détaille son programme de protection des données personnelles
26 septembre 2015
PlayStation Network : une maintenance de 12 heures prévue cette semaine
26 septembre 2015

Depuis quelque temps, le piratage est roi et beaucoup d’entreprises en ont fait les frais. Après la mise hors service du PlayStation Network et de Qriocity en avril dernier, les attaques subies par SEGA, Bethesda, Codemasters, Square Enix, Epic Games, entre autres développeurs et éditeurs de jeux vidéo, les pirates n’ont pas chômé et s’en sont donnés à cœur joie pour défendre leur cause.

Parlons-en justement. Leur but est simple, lutter contre la censure et la corruption des gouvernements qui, selon eux, nous cachent bien des choses et qu’il est dans leur devoir de révéler au grand public. Pour ce faire, ils utilisent une méthode bien spécifique, qui consiste à rendre inutilisables les sites internet en envoyant un flux de données plus important que ce que les serveurs peuvent supporter en un très court laps de temps. C’est ce qui s’appelle dans le jargon informatique une attaque DDOS. Les pirates en profitent alors pour subtiliser des données personnelles, et parfois bancaires s’il y en a, et dans le cas de LulzSec les publient ouvertement via leurs blogs, ou leurs comptes sur les réseaux sociaux tels Twitter ou Facebook.

Dernièrement, pas moins de 62 000 adresses e-mail et mots de passe correspondants ont été obtenus par LulzSec et ensuite publiés sur la Toile. Les coordonnées rendues disponibles étaient issues de nombreux pays partout dans le monde, des États-Unis à l’Italie en passant par le Royaume-Uni et la France. Des adresses personnelles pour la plupart, mais aussi certaines provenant de sites d’institutions d’État, comme des commissariats de police ou encore des centres des impôts.

Cependant, les pirates ne se sont pas arrêtés en si bon chemin, puisqu’ils déclaraient hier officiellement la guerre aux gouvernements et appelaient tous les internautes à les rejoindre dans leur bataille acharnée contre la corruption et la censure. Les deux groupes les plus en vogue actuellement, LulzSec et Anonymous, sont aujourd’hui unis dans l’adversité et comptent bien faire valoir leurs « droits » en s’en prenant à tous ceux qui représentent cette image de corrompus. Voici leur message en vidéo :