Japan Expo et Comic Con’ Paris 2012

INFO ou INTOX – Gran Turismo 6 : premières prises de vue pour le jeu PS4
21 juillet 2015
WIP – Méthode dévoilée pour lancer les jeux 3.6+ sur un custom firmware
21 juillet 2015

C’est donc en ce début juillet que se tenait, à Paris, la grand-messe de la culture et des loisirs japonais, Japan Expo 13ème Impact. Si du côté organisation le festival reste toujours et encore perfectible, le contenu proposé aux visiteurs est impressionnant, que ce soit du côté des animations ou de la partie purement commerciale (la plus grosse).

Véritable supermarché culturel asiatique, Japan Expo permet aux visiteurs de repartir avec des valises pleines de choses parfois difficilement dénichables, même sur internet. Du côté animation et culture, la liste était longue et, même en quatre jours, il était impossible de tout faire et tout voir.

Depuis quatre ans, cette rencontre s’est agrandie avec l’arrrivée d’un second évènement, Comic Con’ Paris. Cette partie est dédiée à la culture geek pour les fans de comics, de fantastique, de fantasy et de science-fiction. Là, en revanche, si le contenu est au rendez-vous et sympathique, il faut beaucoup chercher pour lui trouver un rapport avec le sujet initial. Il suffit simplement de pointer la liste des invités pour s’en apercevoir : Alexandre Astier (Kaamelott), Mark Schwahn (créateur de la série « Les Frères Scott« ), des dessinateurs belges ou français (de BD, pas de comic’s), des stands de Séries Web (Noob, Flander’s Company, Joueur du Grenier, SaturdayMan, Another Hero…) ou encore Bref ! (Kyan Khojandi, créateur et rôle principal, et tous ses collaborateurs). Tout ceci, bien que fort passionnant, n’est pas très « Comic’s », c’est le moins qu’il soit possible de dire.

Sur le terrain, les deux évènements occupaient les halls 5 et 6 et la séparation était plutôt diffuse voire invisible. Si le premier était entièrement dédié à Japan Expo, l’autre hébergeait un peu des deux. Du coup, le public passait de l’un à l’autre sans trop se poser de questions et c’est plutôt positif car certains n’auraient pas forcément passé une éventuelle porte pour changer d’univers.

Mais, avant tout, un tel salon vit par son public et cette nouvelle édition n’a pas dérogé aux habitudes. Il était bondé et circuler sereinement était parfois impossible (sauf du « côté » Comic Con’ Paris bien plus vide). Le queue à l’unique distributeur de billet du hall 5 était digne d’un parc d’attraction un samedi (les commerçants n’aiment pas la carte bleue a priori), celles pour les dédicaces était encore pires (plus de trois heures d’attente sur certains pôles) tandis que celles de l’entrée étaient impressionnantes mais, bien gérées, le temps d’attente semblait raisonnable.
MaGiXieN, le boss, en bonne compagnie

En conclusion, côté public, cet évènement reste un moment incontournable pour les passionnés de tout ce qui touche de près à notre culture actuelle (musique, cinéma, web, jeux vidéo, séries, etc.). Même si la présence d’artistes totalement hors-sujet, comme Alexandre Astier par exemple, peut laisser perplexes les puristes, tous les autres ne peuvent qu’apprécier le fait de pouvoir approcher ces personnalités.

Notre équipe sur place, constituée de MaGiXieN et de deux photographes (GregB et Crock Nys) a donc ramené un grand nombre de photos de qualité.