Jeux vidéo – Quelles études pour quels métiers ?

Thème Dynamique
TUTO – Créer un Thème Dynamique de A à Z
10 juin 2015
Test : Fat Princess
10 juin 2015

Imaginer, dessiner, créer, innover, jouer… L’univers des jeux vidéo vous fait rêver ? Ce dossier est fait pour vous.

Bien qu’en pleine expansion depuis 10 ans, l’industrie mondiale des jeux vidéo est en manque de souffle ces dernières années : après une hausse symbolique de 0,1 % en 2008,  elle devrait subir une croissance négative pour l’année 2010 (-0,1 %). Le marché français n’est pas épargné avec un recul en 2009 de 11,4 % par rapport à 2008.

Quelles répercussions sur l’emploi en France ? Est-ce risqué de travailler dans le monde des jeux vidéo aujourd’hui ?

manette clipart

Avant de parler des débouchés du secteur, nous vous présenterons le large éventail des métiers des jeux vidéo, ainsi que les études et formations présentes en France (voire au-delà) pour vous permettre de décrocher le job de vos rêves.

Du scénariste au programmeur, en passant par le testeur, le monde vidéoludique est très vaste. La création et la production d’un jeu vidéo est un processus long et complexe, qui mobilise de multiples compétences et des centaines d’acteurs spécialisés.

Pour vous présenter au mieux les différentes formations, nous distinguerons quatre catégories de métiers : les créatifs (scénariste, game designer,  infographistes, etc.), les gestionnaires (chef de projet, chef de produit, etc), les ingénieurs (programmeurs, testeurs, etc.), et les métiers connexes (journalistes, vendeur, etc.). Ces catégories, pour le moins arbitraires et simplistes, n’ont pour seul but que de clarifier ce dossier et en faciliter sa lecture.

Les créatifs :

  • Scénariste

Le scénariste est sans conteste l’un des piliers de l’équipe de conception du jeu. Il est quasiment indispensable : tous les jeux (à l’exception des simulations sportives) reposent sur une histoire, des personnages, des rebondissements… Son rôle n’est pas des plus minces. Il doit imaginer toute la trame du jeu : l’histoire, l’ambiance, l’environnement, les personnages, les dialogues, mais aussi les réactions du joueur, son interaction avec les personnages, les conditions pour progresser à travers les différentes étapes du scénario. Bien sûr, il peut être assisté par exemple par un dialoguiste pour l’écriture des dialogues, mais sa mission reste considérable. Le scénario est la base de conception du jeu. Le scénariste coopère régulièrement avec le Game Designer dont le savoir faire est indispensable à l’œuvre du scénariste.

Ce métier, vous l’aurez compris, nécessite des qualités de rédaction, mais aussi d’imagination, de  créativité, et des aptitudes au travail d’équipe. Au niveau de la formation, aucune n’est spécifique, les scénaristes viennent de divers horizons : écrivain de BD, journaliste, historien, scénariste dans le cinéma, membre de l’équipe de conception d’un jeu, etc.

Quant à la rémunération, elle varie selon les studios, les jeux, et bien sûr le succès du jeu, chaque vente augmentant les droits d’auteurs. Le scénariste aurait un revenu annuel d’environ 18 500 €, en plus des droits d’auteurs (1 à 5 % des ventes)1.

  • Game Designer :

Métier récent, probablement l’un des plus intéressants et des plus recherchés, le Game Designer va donner la personnalité, l’originalité du titre. Il se fonde sur le scénario pour donner forme au jeu. Il conçoit l’univers du jeu (personnages, objets, environnements, etc.), et le gameplay qui régit cet univers. C’est-à-dire qu’il définit et réalise les mécanismes ludiques, le niveau de difficulté, qui vont rendre appréciable (ou pas !) de jouer au titre.

Il est l’élément clé autour duquel gravite toute l’équipe de conception. Ce métier nécessite une solide expérience (avoir déjà participé à la conception de plusieurs projets). Il est dès lors difficilement accessible au sortir des études. Les Game Designers commencent parfois programmeurs, level designers, voire testeurs. Une formation est exigée, au minimum Bac +2, dans les graphismes ou l’informatique. Le Game Designer, en plus de l’expérience, doit avoir une excellente culture vidéoludique, de l’imagination, de la créativité, et du culot pour s’imposer : les places sont chères.

La rémunération varie selon l’expérience, le studio, et le succès du jeu. Le salaire est aux environs de 1 500 € pour les débutants, monte jusqu’à 3 500 € après plusieurs années d’expérience, voire bien plus si le Game Designer touche une partie des ventes. Encore une fois, ces chiffres, purement indicatifs, varient selon les enseignes et le profil du Game Designer.

  • Level Designer :

Le Level Designer, comme son nom l’indique, est spécialisé dans l’élaboration d’un niveau du jeu. Il définit les  diverses possibilités d’évolutions  du joueur, l’environnement, les objets, le tout en accord avec le cahier des charges fixé par le Game Designer (avec qui il collabore en permanence). Membre à part entière de l’équipe de conception, ce métier peut constituer un tremplin vers un futur poste de Game Designer, grâce à l’expérience accumulée à chaque projet.

  • Graphiste et Infographiste 2D/3D

Le graphiste 2D ; en se fondant sur le scénario, le Game Designer, et la direction artistique ; dessine les personnages, les tenues, les objets, les décors, etc. Ces dessins sont réalisés aussi bien à la main qu’à l’ordinateur (Photoshop, Maya, etc.) pour le passage en 3D. L’infographiste se charge de la modélisation (représenter le dessin en plusieurs dimensions) et du rendu (texturer les éléments), à l’aide de logiciels 2D et 3D, mais aussi et surtout à l’aide d’une grande créativité.

Le monde du graphisme est très vaste, et très spécialisé. Consulter les offres d’emplois suffit pour s’en apercevoir. Les studios de développement, notamment les plus grands, sont à la recherche d’artistes aux fonctions très pointues, telles que modeleurs de personnages, ou bien artistes spécialisés dans les décors, ou encore coloristes/illustrateurs (colorisation des éléments de décors, des personnages, objets…).

Le graphisme et l’infographisme se rapprochent plus d’un grand domaine, où évoluent tous les emplois liés aux dessins/graphismes et à la modélisation 2D et 3D, que des métiers à part entière. Cette branche, considérable, rassemble une grande partie des métiers du jeu vidéo. De nombreuses formations existent (et sont requises) dans ce domaine, toutefois le talent individuel (outre les compétences en graphisme) est primordial, et demeure décisif pour « percer ».

packman

  • Animateur

L’animateur a pour mission… d’animer ! À partir du travail réalisé par les infographistes, l’animateur s’occupera essentiellement de la mise en mouvements des personnages, voire des objets, en plusieurs dimensions. Ce travail repose en grande partie sur la maîtrise de logiciels 2D et 3D, mais aussi sur une culture artistique solide, et un certain sens de la mise en scène.

De nombreuses formations artistiques sont spécialisées dans l’animation, elles rejoignent celles du cinéma, notamment du dessin animé. Dans la mesure où les jeux de dernière génération cherchent à mettre en place un scénario, des personnages toujours plus complexes et réalistes, l’animateur est un métier recherché par les studios de développement. Un animateur débutant gagne environ 1400 € nets par mois.

  • Sound Designer et musicien

Deux métiers sont à distinguer dans l’univers du son. Le premier, le Sound Designer, s’occupe des bruitages, de l’ambiance sonore du jeu. Aussi bien pour un jeu de tennis que pour un film d’horreur, son rôle est capital pour le rendu final du jeu. Le second, le musicien, réalise des compositions pour certains  passages du jeu. Ses services sont souvent payés par forfait, c’est-à-dire qu’il n’est pas salarié au sein d’une maison d’édition ou d’un studio, mais qu’il travaille simplement sur un projet. Autant dire qu’une activité en parallèle est parfois nécessaire.

Au niveau de la formation, aucune n’est spécifique au métier de musicien de jeux vidéo, mais un BTS audiovisuel, une école de musique, un passage en conservatoire sont autant d’exemples de formations qui existent pour ce travail.

  • Directeur artistique

Le « DA » est responsable de l’ensemble esthétique de jeu. Il fixe les lignes directrices en terme de graphismes, de musiques, d’ambiances, en collaboration avec le Game Designer et le scénariste. Il s’assure ensuite que son équipe (graphistes et animateurs) se tient à ce cahier des charges. Il est garant de la qualité esthétique du titre, il veille à l’assemblage et la cohérence de chaque élément graphique au sein du jeu.

Ce poste à responsabilités, en plus d’une formation artistique reconnue, requiert plusieurs années d’expérience au sein de plusieurs projets. Un directeur artistique perçoit environ 2 200 € par mois dans les premières années, tandis qu’un DA affirmé et reconnu peut gagner plus de 5 000 € par mois.

1 : les estimations de salaires de ce dossier sont tirés du livre « Les métiers des jeux vidéo », l’Etudiant, édition 2008. Ils sont à prendre à titre purement indicatif, car relatifs à l’expérience, l’employé, le profil du travailleur, etc.

bonhomme rouge