Test : Fat Princess

Test--Fat-Princess

Après une très longue période d’attente, Fat Princess vient enfin engraisser notre PSN. Pour ceux qui hésitent à le prendre, l’équipe PS3Gen est là pour vous décortiquer ce jeu dans les moindres détails. Vaut-il le coup ? Nous espérons que ce test vous guidera dans votre choix.

LE BUT DU JEU :

Le but du jeu est simple : il vous faudra sauver votre princesse bien aimée. Pas besoin de Triforce ou autre magie pour avoir une chance de la sauver, il faudra juste agir avec tactique et travailler en groupe.

LES MODES DE JEU :

Fat Princess propose un mode histoire assez complet dans lequel vous devrez réaliser vos objectifs avant de commencer le suivant. Ces objectifs diffèrent de l’un à l’autre.

Quatre modes de jeu principaux plus déjantés les uns que les autres sont au menu de Fat Princess :

Délivrez la princesse : tirez votre princesse des griffes de l’équipe adverse et mettez-la sur son trône. Gardez-la en lieu sûr pendant 30 secondes et la victoire sera vôtre !

Braquage façon Lancelot : enlevez la princesse adverse et enfermez-la dans votre donjon. Réussissez l’opération 3 fois et vous remporterez la victoire.

Combat à mort par équipe : découpez, explosez et annihilez tout ennemi à portée d’arme. L’équipe qui réduit son adversaire à néant en premier sera victorieuse.

Invasion : emparez-vous des avant-postes de la carte pour contrôler les territoires. Si vous contrôlez 50% des territoires, le moral de l’ennemi baissera. L’équipe qui réduit le moral de son adversaire à zéro sera déclarée championne.

D’autres modes de jeu secondaires mais tout aussi intéressants, comme les modes Football ou Gladiateur. Dans le mode Football, les deux clans disputent un match de foot sanglant. Il faudra terrasser l’adversaire à l’aide de votre arme et contrôler le ballon en même temps pour le mettre dans les filets adverses.

Le mode Gladiateur est conseillé pour ceux qui veulent comprendre toutes les subtilités du combat car vous choisissez la classe que vous voulez parmi les cinq disponibles pour combattre dans une arène.

LE GAMEPLAY :

Dans la partie gameplay, nous parlerons principalement du mode « Délivrez la princesse » car les subtilités du jeu sont les mêmes d’un mode à un autre, seuls les objectifs changent, et votre façon de procéder aussi par la même occasion.

Dans Fat princess, deux clans (bleu et rouge) se disputent le sauvetage de la princesse. En effet, celle de chaque clan est retenue prisonnière dans le repaire de l’autre. Pour rendre la princesse adverse difficilement transportable par ses fidèles serviteurs, il faudra l’empiffrer de gâteaux poussant à même le sol jusqu’à la rendre obèse. Pour la transporter dans ce cas-là, il faudra la soulever à plusieurs. Faites bien attention car la princesse récupère sa taille normale après un certain temps !

Avant de commencer une partie, vous pouvez customiser votre bonhomme à votre goût. Vous pourrez lui donner la coupe de cheveux que vous voulez, choisir sa couleur, lui donner une voix d’homme ou de femme et modifier d’autres caractéristiques que vous pourrez découvrir dans les trois images suivantes :

Lorsque vous lancez une partie, vous commencez dans votre repaire en tant que simple villageois. Si vous regardez autour de vous, vous verrez la présence de cinq petites maisons avec des chapeaux différents posés à l’entrée de chacune. En fonction du chapeau que vous porterez, vous ferez partie d’une des cinq classes du jeu.

Début de partie ou reprise du jeu lorsque vous mourrez

L’ouvrier : l’ouvrier a la capacité d’aller chercher les ressources naturelles (pierres,bois, etc…) pour améliorer les structures déjà en place ou en construire des nouvelles (ponts, échelles à l’entrée du château adverse pour permettre de briser la défense de vos ennemis, etc…).

Dans l’image qui précède, une structure peut être construite. Pour ce faire, il faut aller chercher six tronc d’arbres et un rocher comme montré dans l’image qui suit.

L’ouvrier peut également améliorer les structures déjà existantes. Une fois améliorées, elles donnent des techniques ou des armes supplémentaires.

Le mage : comme son nom l’indique, le mage peut jeter des sorts de feu ou de glace. Il possède ses propres techniques et panoplies de coups. Lorsqu’un mage vous lance un sort de feu, courrez vers la source d’eau la plus proche pour vous rafraîchir le derrière.

Le guerrier : les guerriers sont les hommes de combat. Ils ont plus de points de santé que les autres classes et peuvent se battre avec une épée et un bouclier ou une lance.

Le prêtre : si vous décidez de porter le chapeau du prêtre, vous aurez non seulement la faculté de guérir vos amis mais de réduire les points de vie de vos adversaires.

Le garde : les gardes sont à leur tour nécessaires à la protection de votre château. Ils peuvent tirer à l’arc, jeter des bombes ou utiliser un fusil. Grimpez au sommet des tours pour bombarder vos ennemis et garder un œil sur votre prisonnière.

Il est évidemment possible de changer de chapeau, et donc de classe en pleine partie. Il vous suffira d’appuyer sur rond à proximité de celui que vous voulez porter. Il est également possible de porter le chapeau d’un adversaire après s’en être débarrassé.

En pleine partie, il sera possible de voir l’emplacement de vos compagnons, mais aussi de vos ennemis. Pour afficher la carte, appuyez sur la touche Select de votre manette :

LE MODE EN LIGNE :

C’est la principale qualité du jeu. Fat Princess propose 9 cartes pour se livrer des batailles acharnées en ligne avec des joueurs du monde entier. Dans ces cartes, 32 joueurs peuvent se disputer les rênes du royaume. Tous les modes de jeu déjà cités plus haut sont jouables en ligne. Durant les parties jouées, ni lags ni ralentissements notables ne sont venus ternir le plaisir du jeu. Vous pourrez soit créer votre propre partie soit en rejoindre une déjà entamée. Vous pourrez par la même occasion jeter un coup d’œil à votre score en ligne.

Seul problème rencontré lors des parties en ligne, l’attente à subir avant de rejoindre une partie peut atteindre quelques minutes. Espérons que Sony Santa Monica remédiera à cela en proposant un patch correctif qui réduit cette attente…

LES GRAPHISMES :

Fat Princess est un régal pour les yeux. Les graphismes style cartoon en Cell Shading sont très agréables à l’œil et collent à merveille à l’ambiance déjantée du jeu. Les reflets au sol ou encore les différents effets (l’eau ou les diverses tâches de sang) sont saisissants. Le jeu adopte la technologie PhysX d’Nvidia pour le plus grand bonheur des amateurs de jolis graphismes et d’effets en tout genre.

 LA JOUABILITE :

C’est l’un des points forts du jeu. La prise en main de Fat Princess est quasi-immédiate. Le menu d’explications des différentes actions est très bien réalisé et procure un réel plaisir à feuilleter.

Les commandes sont simples à retenir. Le stick analogique gauche sert à déplacer votre personnage. Comme avez certainement pu le voir au-dessus, la touche croix sert à sauter, la touche carré à frapper (ou lancer des sorts) et la touche rond sert à transporter les objets. Quant à la touche L1, elle sert à verrouiller votre cible. Autre possibilité à souligner, si vous comptez acheter ce jeu à un enfant et que les tâches de sang vous dérangent, vous pouvez désactiver cette fonction dans le menu du jeu.

LE SON :

Tout comme les graphismes, les effets sonores présents dans Fat Princess collent bien à l’ambiance drôle du jeu. Les sons des épées et diverses armes sont bien retranscrits. Une voix masculine vous accompagnera durant le jeu mais s’exprimera de temps en temps pour vous dire que vos amis ont mis la main sur votre princesse ou au contraire que les ennemis sont en train de récupérer la leur. Un détail amusant aussi vient de la voix de la princesse. Elle change d’un manière assez drôle selon la quantité de nourriture avalée. Tout le long du jeu, elle vous réclamera des morceaux de gâteaux que vous aurez intérêt à lui donner. Seule ombre au tableau, la musique des menus peut s’avérer ennuyeuse à la longue.

LES TROPHÉES :

Vingt et un trophées en bronze sont à débloquer, ils sont assez simples à obtenir pour la plupart. Certains, comme 1-800-CAKE, vous demanderont plus de temps car il faudra tuer 2253 joueurs en ligne dont 50 au moins avec chaque classe…

Notez juste que les trophées ne se débloquent qu’à la fin de la partie en cours.

CONCLUSION :

Malgré des défauts présents dans le jeu comme l’attente avant de rejoindre un salon pour jouer en ligne, ou encore le peu de musiques proposées, le PlayStation Network se dote d’un nouveau hit. Fun à seul ou à plusieurs, Fat Princess se démarque des autres productions par sa fraîcheur et son humour. Le jeu de Titan Studios allie à merveille le côté stratégie, technique et Beat’em All. Avec un mode en ligne et des menus de jeu très complets, Fat Princess est un nouveau titre incontournable de la boutique virtuelle de Sony. Pouet !