Rayman Origins – Un retour aux sources qui va faire du bruit

Rayman apparaît pour la première fois sur nos consoles de salon en 1995, dans un épisode intitulé sobrement Rayman. D’une difficulté sans pareille, mais doté d’une grosse dose de fun, le jeu en 2D a su trouver son public chez les amateurs de plateforme avec son héros au design quelque peu… bizarre. Sans bras ni jambes, mais avec une frimousse digne d’un cartoon, Rayman est né en France, plus précisément dans le sud-est, chez un jeune homme de dix-sept ans du nom de Michel Ancel. Peu de gens le savent, mais le créateur de Rayman a d’abord travaillé seul, avant d’être ensuite rejoint par quatre personnes pour l’aider à développer son projet, et parvient à réaliser dans sa propre maison le tout premier opus de Rayman.

Au fur et à mesure que le temps et les épisodes passent, l’équipe s’agrandit et doit bientôt trouver un lieu plus grand pour accueillir tous les membres. Dans un premier temps, Ancel et son staff développeront Rayman 2: The Great Escape dans un appartement. Mais l’équipe de développement s’agrandit encore et la place commence à manquer, il faut donc à nouveau changer d’endroit et trouver un bâtiment avec assez de surface pour que tout le monde puisse y travailler à son aise. C’est chose faite lorsqu’ils acquièrent la « villa », une bâtisse vieille de 400 ans, située à la campagne, dans la banlieue proche de Montpellier.

L’inspiration des développeurs peut alors s’exprimer pleinement et c’est dans cette maison que naîtront Jade, de Beyond Good & Evil, l’adaptation vidéoludique de King Kong, et bien entendu les célèbres Lapins Crétins. La « villa » assistera aussi à la naissance du troisième épisode de la série Rayman, Hoodlum Havoc, et bientôt la renaissance du jeu qui a lancé la carrière de son créateur Michel Ancel, et renommé pour l’occasion plus de quinze ans après son premier lancement : Rayman Origins.