Medal of Honor: Warfighter – L’interview qui dit tout sur l’authenticité

Vingt nouvelles infos sur Modern Warfare 2
12 juin 2015
Modern Warfare 2 : Des informations sur le premier pack de cartes
12 juin 2015
Battlefield 3

Il n’y a encore pas si longtemps, la série des Medal of Honor régnait en maître sur les FPS de guerre. Depuis, plusieurs Call of Duty sont sortis et ont eu raison de la popularité de la franchise d’Electronic Arts auprès des joueurs. De fait, comment faire pour s’imposer face au mastodonte d’Activision ? En misant sur une expérience davantage basée sur l’authenticité et finalement plus proche de la réalité et de ses hommes lancés dans les tranchées.

C’est au cours d’une interview avec nos confrères de chez CVG que Rick Farley, le directeur créatif de Medal of Honor: Warfighter, a expliqué que la narration était l’élément clef pour marquer une différence avec la concurrence. Les développeurs de chez Danger Close ont sans doute compris qu’il était difficile de battre Call of Duty sur son propre terrain – le grand spectacle – et qu’il valait mieux s’axer sur cette « authenticité » – les soldats, leur famille, leurs valeurs. Moins de « je t’en mets plein les yeux et les oreilles », pour plus d’empathie et, finalement, d’émotions. Reste à voir manette en mains.

Une chose que nous avons assimilée récemment, depuis le dernier Medal of Honor, c’est cette notion de respect pour le soldat, en racontant l’histoire du point de vue du soldat, misant sur l’authenticité et en essayant de ne pas dévier de ça, et de cimenter notre identité dans le royaume des FPS. Les autres [les concurrents ndlr] ont des soldats et des armes, et ils font de l’excellent travail, mais je pense que ce qui nous différencie d’eux c’est que nous racontons l’histoire d’un point de vue du soldat et nous prenons ça très au sérieux, en creusant le plus possible. Je dirais que l’histoire est l’une des choses les plus importantes dans Warfighter, c’est ce qui rend l’expérience différente, pour le joueur et en terme de divertissement.