Duke Nukem Forever – Démo : vidéo de nos premières impressions

Namco Bandai
Namco Bandai Games : des chiffres en forte hausse pour l’année fiscale 2013
16 juillet 2015
TEST : Crysis 3 – Prophet May Cry ?
16 juillet 2015

Le vaporware le plus connu du monde du jeu vidéo arrive enfin après 14 longues années et pour fêter cela, une démo est disponible. Réservé aux heureux possesseurs de la version Game Of The Year de Borderlands ainsi qu’aux personnes ayant pré-commandé le jeu, il est enfin possible de la télécharger sur le PlayStation Store ainsi que sur le Xbox LIVE. Que nous réserve-t-elle ?

Après un générique présentant les studios ayant participé au développement de Duke Nukem Forever, nous voici enfin dans la peau du grand Duke. Avant une grande bataille, il faut être à l’aise et notre ami blondinet l’a compris, car notre première action est d’uriner dans des pissotières d’un vestiaire. Après ce long passage au petit coin, nous voici en compagnie des soldats de l’EDF (NDLR : Earth Defense Force, pas la compagnie d’électricité…) afin de concocter un plan d’attaque sur un tableau contre un monstre qui est en train de ravager le stade. Arrivés sur la pelouse, nous voici face à un cyclope de plusieurs mètres de haut que nous devons bien entendu réduire au silence, pour cela nous sommes équipés d’un lance-roquettes et il n’y a plus qu’a tirer, tirer et encore tirer. Le gameplay est malheureusement ultra classique et ce combat n’a aucune saveur étant donné qu’il suffit juste de tirer, d’éviter ses tirs ainsi que de récupérer des munitions larguées par nos potes avant de mettre le gros plein de soupe à terre et de shooter dans son œil, direction la zone de touchdown.

Après un chargement longuet, nous voici dans un canyon au volant du monster truck de Duke. Après un petit tour, nous sommes en panne d’essence devant l’entrée d’une mine aux mains d’aliens hostiles. Alors que les gunfights sont mous, la multitude d’armes à notre disposition est sympa : fusil à pompe, sniper, pistolet, lance-roquettes, rétrécisseur d’ennemis, tout y est pour notre plus grand plaisir. Après avoir tué quelques porco-flics, fait exploser des barils et détruit un vaisseau, nous pouvons enfin pénétrer dans la mine. Après avoir parcouru une petite centaine de mètres, notre progression est interrompue à cause d’un effondrement de la voie. Heureusement, un chariot minier n’attend que nous pour sauter par dessus le trou. Après ce saut, nous voici arrivés au fond de la mine et un jerrican d’essence pour faire le plein de notre truck est disponible. Étant donné que faire demi-tour nous est impossible, nous devons trouver un autre chemin. Rebelote, nous devons pousser un chariot afin de l’emmener en haut d’une descente pour sortir de la mine. Le plein de notre véhicule effectué, nous repartons en direction du canyon.

Nos premières impressions :

Après avoir joué à cette courte démo de Duke Nukem Forever, un avis mitigé s’empare de nous. Visuellement parlant le jeu n’est pas à la hauteur de mastodontes comme Killzone 3 ou Uncharted 2, mais n’est pas désagréable à regarder. Par contre, la profondeur de champ est gâchée par un effet de flou permanent et ce phénomène s’applique aussi aux ombres. Là où le jeu de Gearbox Software pêche vraiment, c’est du côté du gameplay, celui-ci est ultra-classique, digne des premiers FPS sur console. La conduite, quant à elle, très arcade n’est clairement pas le point fort du jeu non plus. A contrario, les interactions avec le décor (boire une bière sur le champ de bataille, jouer avec de la matière fécale, dessiner sur le tableau où les soldats ont reproduit la tactique de combat dans le stade, etc.) sont nombreuses et vraiment amusantes, Daniel Beretta (la voix française d’Arnold Schwarzenegger) reprend le rôle de Duke Nukem et le côté décalé de la franchise nous explose à la figure. Duke Nukem Forever est le digne représentant des shooters old-school où le fun est de mise, mais les vilains défauts font eux aussi leur retour.

Retrouvez en exclusivité l’intégralité de la démo (PlayStation 3) sur deux vidéos montées par nos soins.