Anonymous : le nouvel ennemi de Sony

[E3 2008] Une vidéo de gameplay de Resident Evil 5
15 juillet 2015
Ubisoft : trois Assassin’s Creed déjà en développement
15 juillet 2015
Anonymous

Sony a tremblé. Playstation.com, Sony.com, le PSN. Tous ont été hors service et inaccessibles durant de longues heures après les assauts du groupe Anonymous, le 4 avril dernier. La guerre virtuelle est déclarée.

Qui sont ces anonymes, que revendiquent-ils ? Pourquoi ont-ils attaqué Sony ?

«We are Anonymous. We are Legion. We do not forgive. We do not forget.».

«Nous sommes anonymes. Nous sommes légion. Nous ne pardonnons pas. Nous n’oublions pas ». Telle est la devise d’Anonymous, un collectif de hackers à travers toute la planète, qui s’est fait connaître ces dernières années après plusieurs actions de grande ampleur sur la toile.

En 2008, le groupe s’en prenait à l’Église de Scientologie. Au nom de la liberté d’expression Anonymous a orchestré contre les sites de la secte américaine une série d’attaques de type DDoS, dites « déni de services », qui consistent à saturer un site en simulant un très grand nombre de connexions artificielles, jusqu’à ce qu’il tombe en panne (méthode utilisée contre les sites Sony).

Anonymous a réitéré avec succès ce genre d’attaques contre Paypal, ou encore contre les émetteurs de cartes Mastercard et Visa, dans son soutien au site Wikileaks en 2010 privé de la possibilité de recevoir des dons après le retrait précipité de ces sociétés sous la pression américaine. Le groupe anonyme a aussi récemment apporté son soutien à la révolution tunisienne en luttant contre la censure instaurée par le gouvernement sur la toile.

Le mode opératoire caractéristique du groupe, le déni de service, existait avant l’émergence de ce collectif, mais Anonymous innove dans son utilisation. En effet ce type d’attaque DDoS est habituellement mené à partir d’une horde d’ordinateurs infectés, des zombies. Au contraire, l’ampleur et la force des actions d’Anonymous reposent sur la base du volontariat. À travers l’installation du logiciel LOIC sur son PC, l’utilisateur le met à disposition pour contribuer à une cyberattaque, aucune compétence n’étant requise.

Une organisation non hiérarchisée, non structurée, qui n’affirme pas d’idéologie claire.

Anonymes, ils le sont : chacun est à même de rejoindre le groupe ou de le quitter. Anonymous n’est pas représenté par un leader, ou un quelconque porte-parole. Leurs échanges se font principalement au sein du forum 4chan (non modéré, anonyme et sans inscription, interdit aux mineurs), en plus d’un site sommaire où sont faites les annonces. Le groupe ne revendique pas d’idéologie claire, mais s’affirme à travers chacune de ses actions comme un défenseur des libertés, notamment sur le net.

Provocateurs (à l’image du communiqué adressé à Sony, qui débute par « Dear Greedy Motherfuckers SONY »), ils sont également auteurs d’actions plus fantaisistes, comme la proclamation du YouTube PornDay le 6 janvier 2010, par l’envoi de milliers de vidéos pornographiques sur la plateforme américaine, dans un mouvement de protestation contre la fermeture prématurée du compte d’un de leurs membres.

Aujourd’hui, c’est au tour de Sony d’être frappé par les attaques du groupe. Pourquoi Anonymous s’engage-t-il dans une cyberguerre contre Sony ?